dimanche 21 juillet 2013

Work in progress

Ce n'est pas tout à fait un grand chambardement – on a connu bien pire, avec deux autres dégâts des eaux encore plus conséquents dans ce même appart – et il reste encore quelques trucs à caser ailleurs, voire à démonter, mais, tout de même, il fallait s'y coller avec le décalage horaire dans les pattes…


Je n'y ai pour une fois pas participé, l'Homme et sa fille s'en sont chargés tout seuls.


Le piano a trouvé refuge dans la chambre de la douce, qui passera la période du chantier chez sa grand-mère.


Demain lundi, dès 8h30, la pièce du Musicien sera remise en état, du sol au plafond… Nous menons une vie absolument trépidante.
J'aime bien les chantiers à la  maison, surtout quand ils sont assurés par d'autres et en l'occurrence des professionnels. Ça permet en outre de changer l'agencement des pièces et de faire du tri. Moi je dis que ça vaut bien quelques jours de dérangement.

4 commentaires:

Hélène a dit…

Trépidante, trépidante… je ris.

N'empêche, mollo avec le tri et l'agencement. Tu ne veux pas redonner prise aux multiples malaises.

Dorémi a dit…

Pas de risque : je n'ai rien fait du tout cette fois-ci…

zazimuth a dit…

Ouh là ! dégât des eaux... ça doit tout de même être bien désagréable...

Dorémi a dit…

C'est fini, mais il était temps…
On a profité de la présence des peintres pour faire refaire notre chambre, mitoyenne à la salle de bains, qui avait elle aussi subi un dégât des eaux (mais là, ce n'était pas pris en charge par notre bailleur et j'avais préféré un chèque de l'assurance qui, si elle avait envoyé quelqu'un, ne se serait chargée que du mur endommagé). Les meubles ont repris leur place, il reste à y ranger les choses, dépoussiérer à peu près tout et laver rideaux, coussins, etc. (vaste programme, comme dirait l'autre)…