lundi 10 mars 2014

Une portion

À la fin de l'été dernier un établissement culturel mondialement renommé a lancé un appel d'offres en deux lots pour des travaux de correction. Une grande première de sa part, la perspective d'une année entière de travail pour l'équipe qui emporterait ce ou ces lots. Nous sommes je crois une dix-douzaine de correcteurs chez Coopaname. L'une d'entre nous a eu connaissance de cet appel et a diffusé l'info, demandant si nous serions partants pour y répondre avec elle. Nous nous sommes constitués en collectif, nous adjoignant les compétences de deux graphistes et d'une rédactrice afin de proposer tout un éventail de savoir-faire.
Le dossier a été déposé début octobre et nous avons appris, trois semaines plus tard, que nous avions passé cette étape et étions sélectionnés pour la suivante, une sorte d'examen d'entrée : un texte de promotion et de communication et un autre scientifique à revoir, chacun correspondant à l'un des lots de l'appel, chaque épreuve se déroulant durant quatre heures avant retour à l'envoyeur. Nous sommes restés de longues semaines sans nouvelles, à tel point que certains parmi nous ont cru que là s'arrêtait l'aventure mais nous avons appris début décembre que le jury avait été plus long que prévu à se décider et que, cette fois-là encore, nous avions passé l'étape. On nous demandait en revanche de revoir nos tarifs à la baisse, bien qu'ils aient répondu aux critères initiaux de l'appel. Le nouveau budget est parti et nous avons de nouveau attendu, près de six semaines supplémentaires.
La réponse concernant le deuxième lot de l'appel – le plus ardu et le moins bien doté – est arrivée fin janvier. Nous avons été recalés. Il a été réparti entre quatre candidats et nous sommes arrivés cinquièmes.
La réponse concernant le premier lot de l'appel a suivi, comme un peu de baume pour compenser la première déception : nous avons décroché une petite portion du budget alloué. Pas exactement à la hauteur de nos espérances, pas de quoi faire travailler tout  le monde en même temps, mais on dira que c'est déjà ça.
Les premiers fichiers à revoir n'ont pas tardé à suivre. Ce travail arrive à point nommé : entre un client décédé (laissant une ardoise), un qui ne m'a recontactée que pour me demander des précisions tarifaires, une autre qui, bien qu'appréciant mon travail, m'a toujours trouvée trop chère et a par ailleurs vu son budget amputé d'un tiers, des clients potentiels qui n'ont pas donné suite à nos conversations, je n'ai rien corrigé depuis l'été dernier.
Il n'est pas rare à Coopaname que des gens s'unissent pour répondre à des appels d'offre et il y a même parmi les permanents de la scop quelqu'un pour s'assurer que les dossiers ont bien été ficelés mais c'était une première dans notre domaine. Au moins saurons-nous mieux à quoi nous attendre lorsque l'occasion de représentera. Maintenant que le collectif est constitué nous devrions poursuivre sur notre lancée pour prospecter et décrocher d'autres contrats…

3 commentaires:

Hélène a dit…

Votre groupe a fait un travail de base qui vous sera fort utile, ne regrettez rien. La prochaine fois sera probablement la bonne.

Dorémi a dit…

Oui, c'est ce qu'on s'est dit :-)
Et puis, pour cette première fois, on a quand même obtenu une part du gâteau, alors qu'on n'avait jamais travaillé ensemble (à l'exception de deux personnes qui se connaissaient déjà)…

Isa LISE a dit…

Et bien bravo d'avoir su vous mobiliser ensemble ! Au passage je découvre Coopaname. ;)
Belle journée !