samedi 9 mai 2015

La campagne à la ville

«Au revoir, chère voisine, vous allez nous manquer…» Ce sont les mots entendus à plusieurs reprises alors que nous préparions et transportions les meubles et cartons du déménagement de maman. Elle vivait là depuis près de vingt-cinq ans.


Encore adolescente ou toute jeune adulte ma sœur avait peint cette porte, peut-être pour la consoler d'avoir perdu son jardin avec les iris donnés par mon grand-père et son chèvre-feuille…


… puis celle de sa propre chambre, devenue par la suite celle des petits-enfants – ou plutôt leur salle de jeux car ils ont toujours préféré dormir «avec Mamé». Ce n'était peut-être pas du grand art mais elles ont fait de cet appartement un lieu unique durant tout ce temps. On les aurait bien emportées…

Les clés remises une semaine plus tard que prévu, le camion coincé dans un tunnel le jour J et arrivant avec trois heures de retard (hhhh et re-hhhhh), l'ascenceur du nouvel immeuble ne fonctionnant pas encore, entre autres obstacles, ne sont pas venus à bout de la bonne humeur des participants. En revanche des individus sans scrupules ont pioché dans ses affaires au milieu des allées et venues et ont volé des meubles. Les malandrins ont opéré si discrètement que deux jours se sont écoulés, la perte de repères aidant, avant que maman ne s'en aperçoive.

Ça ne l'a pas empêchée d'avancer. S'il est moitié moins vaste que le précédent, le nouvel appartement est très lumineux et doté d'un balcon et d'une terrasse plus grande que le salon. Situé dans un écoquartier en cours d'achèvement, son immeuble se trouve à deux pas d'une gare mais orienté de façon à ne pas entendre la circulation des trains et fait face à un quartier résidentiel aux nombreuses maisons Art déco. Non loin de là se trouvent un lac au bord duquel elle aime déjà se promener, sa base nautique et des terrains de sport, les bords de Seine et une coulée verte reliant le fleuve à un bois. Les espaces verts couvrent plus de la moitié de l'écoquartier, traversés d'allées permettant de se rendre de la Seine à la ville ou du lac à la gare. Priorité est donnée aux piétons et aux modes de déplacement doux, la vitesse des voitures – pour lesquelles des garages ont été aménagés en sous-sol – est limitée à 20 km/h. Des ateliers d'art et d'artisanat devraient ouvrir au fil du temps, ainsi qu'un pôle culturel. Une troupe de théâtre devrait s'y installer et un cirque y a déjà planté son chapiteau. Pour assurer une mixité une partie des appartements est réservée aux personnes âgées et une autre aux logement sociaux. Un groupe scolaire – également conçu de façon écologique – accueillant maternelle, primaire et centre de loisirs se situe non loin, et une crèche ouvrira ses portes d'ici la fin de l'année dans une rue voisine, à quelques maisons d'une résidence pour personnes âgées. Collège et lycée sont également faciles d'accès. Il me semble avoir lu que des jardins partagés sont prévus. Il est question que le tramway desserve la ville d'ici quelque temps, qui passera par le pôle d'activités d'Orly, assurera une liaison supplémentaire avec Paris depuis la station Villejuif – Louis-Aragon et facilitera les déplacements dans le Val-de-Marne et l'Essonne.

Érigé à l'emplacement d'anciens docks le quartier devait initialement en réhabiliter les bâtiments, qui se sont avérés trop mal en point et ont été rasés. Les immeubles ont été contruits en en respectant l'esprit, et seuls les rails qui permettaient aux wagonnets de circuler ont été conservés.


De l'autre côté de la voie ferrée une usine désafectée accueillait déjà des ateliers d'artistes. Elle est peu à peu restaurée. Une partie continue d'accueillir ces ateliers, quand l'autre est aménagée en logements.


Les cartons défaits au fur et à mesure les choses trouvent peu à peu leur place, et la vie devrait être bonne dans ce lieu où tout semble avoir été pensé pour le bien-être de ses habitants.


Photos N.N.

5 commentaires:

Hélène a dit…

C'est l'État qui accueille si bien ta maman ? Les déplacements entre vous seront-ils plus faciles ?

Dorémi a dit…

Non, non, un bailleur privé en ce qui la concerne. Il y a moins de trains pour se rendre au nouvel endroit qu'à l'ancien mais on gagne un bon quart d'heure de trajet à chaque fois (soit une gtosse demi-heure pour chaque aller-retour), et ce n'est pas rien ! Il y a aussi moins de correspondances. Avant, une fois sorti de la gare on n'était pas encore arrivés. On avait le choix – selon l'heure – entre le bus pour deux arrêts ou une vingtaine de minutes de marche. Maintenant on sort de la gare et on y est quasiment.

Coline a dit…

Ça a l'air chouette en tout cas.
c'est toujours difficile de quitter ses murs,
mais si c'est pour des cieux plus hospitaliers...

Dorémi a dit…

Oui, elle devrait être très bien là-bas. En plus, ça la rapproche géographiquement de deux grandes amies. Sans hésiter, si on m'offrait un logement dans un tel endroit, j'irais ! Ça n'est qu'à une trentaine de minutes de Châtelet, autant dire qu'y accéder ne demande pas plus de temps que quand tu ne vis pas dans les arrondissements centraux. Et pour ceux qui en ont une, comme la carte de transport est dézonnée durant les vacances et les samedis et dimanches, les déplacements n'en sont que plus aisés

poulattitude a dit…

Super chouette nouveau quartier!
J espère que ta maman y sera bien !