jeudi 29 juin 2017

Premières fois

La première fois que j'ai quitté le pays où je vivais, j'avais six ans. Nous sommes arrivés en France par paquebot, une autre première fois mais aussi une dernière, et nous étions censés venir en vacances. L'occasion pour moi de rencontrer mes grands-parents maternels dont jusque-là je ne connaissais que la voix, grâce au téléphone et aux lettres et colis qu'ils nous envoyaient.
La première fois que j'ai posé le pied sur le sol français mon grand-père et le frère de ma mère nous attendaient sur le quai. Après un long trajet en voiture nous sommes arrivés à Paris. Ma grand-mère m'a serrée dans ses bras et donné des baisers bruyants.
C'était au mois de décembre et Noël ne se fêtait pas là où j'avais vécu jusque-là, aussi mes grands-parents avaient-ils eu à cœur de bien faire les choses : immense sapin, crèche, et mon grand-père avait même enfilé un costume de père Noël. J'ai oublié quels avaient été les cadeaux.

Le jour du départ.

Je garde peu de souvenirs de ma première rencontre avec mes grands-parents, une rencontre en deux temps. Je ne me souviens pas de la météo de ce jour-là mais je sais où nous nous trouvions : à Marseille. J'ai d'abord vu mon grand-père, qui m'a serrée dans ses bras, puis ce fut au tour de mon oncle de m'accueillir. Je me souviens de l'excitation mêlée d'émotion de ce moment.
Nous avons traversé la France jusqu'à Paris – en voiture –, et je crois avoir dormi la plupart du trajet. Je garde le souvenir d'un voyage interminable. Nous sommes arrivés à Paris à la nuit tombée et je me souviens des embouteillages, du gris environnant et des lumières de la ville.
Ma grand-mère nous attendait, elle s'était mise sur son trente et un et piaffait d'impatience. L'appartement avait été briqué, et je me souviens de la cuisine, immense à mes yeux d'enfant. Elle m'a prise dans ses bras et donné ces baisers bruyants. C'étaient les premiers, la première fois que nous nous touchions et la première fois que j'étais embrassée de la sorte. Leur bruit a fortement retenti à mes oreilles et je me souviens n'avoir pas tellement aimé ça.

7 commentaires:

Carole a dit…

Les premières fois marquent toujours, surtout enfant.
Bonne journée, bises.

DoMi a dit…

Et cet atelier d'écriture était fort plaisant :-)
Bonne fin de semaine à toi !

Dona Swann a dit…

Quel texte fort !
Et pour le petit détail des bisous... Même les enfants nés en France n'aiment pas, ils finissent par les tolérer puis par les aimer pour ce qu'ils représentent, pas pour ce qu'ils sont.

DoMi a dit…

Les siens étaient particulièrement forts – à mes oreilles d'enfant, du moins :-)

DoMi a dit…

@Dona : Maman me confirme qu'ils sonnaient vraiment fort, ces baisers :-)

Lise Isa a dit…

Un souvenir joliment écrit qui me permet de découvrir tes racines différentes. :) Quant aux baisers sonores (et humides pour ma part), j'avais une grand-mère qui embrassait ainsi, pas un souvenir très agréable, elle les glissait souvent près des oreilles, comme pour ne pas les oublier...
Belle journée à toi !

DoMi a dit…


Ah oui, la mienne faisait ça aussi :-)