jeudi 3 juillet 2014

Le spectacle de fin d'année du cours de théâtre aurait dû se tenir hier, mercredi. La prof avait parlé d'allonger la durée des cours jusqu'au jour J, dans les faits les filles ont eu droit à un quart d'heure de rabe, une fois, et elle a été absente les deux dernières semaines.
Nous n'avons reçu aucun message d'annonce et les filles n'ont reçu aucune indication quant à une éventuelle tenue vestimentaire à adopter.
Bien qu'ayant des doutes sur le déroulement de la chose nous nous sommes présentées hier à l'heure dite à la MJC pour apprendre que de spectacle il n'y aurait point car la dame avait envoyé un message au directeur pour le prévenir qu'elle était malade.
La MJC va dédommager les familles pour ce gâchis ; il semblerait qu'il y ait eu accumulation de problèmes durant l'année avec cette prof. Je les ai trouvés un peu prompts à lui coller tous les torts sur le dos, j'aurais bien aimé connaître sa version des faits. Quoi qu'il en soit, si les filles refont du théâtre l'année prochaine, ce sera autre part.

4 commentaires:

Az a dit…

Effectivement, ta remarque est juste: il aurait fallu entendre cette dame. je sors de 3 ans de bénévolat, je suis allée en traînant les pieds aux derniers cours et au gala mais je l'ai fait pour les filles, parce qu'elles avaient bien travaillé et qu'elle auraient été déçues que que je jette l'éponge, et parce que je n'ai jamais manqué un cours en 3 ans (j'en donnais 2 par semaine)....mais très honnêtement quand on voit comment cela peut se passer dans certains clubs ou associations (et nous, parents, ne le voyons pas)....mais bon, ce n'est que mon expérience limitée.
Là où je trouve cela malheureux quand même, c'est que si elle était vraiment malades vous auriez dus être prévenus avant, et si c'était de la mauvais humeur elle n'avait pas à être tournée vers les élèves. les choses se règlent entre adultes, s'il y a lieu: quand j'avais 6 ans il m'est arrivé la même choses en danse, et je me souviens encore, 40 ans plus tard, de ma déception....

Dorémi a dit…

De ce que j'ai compris elle était malade depuis deux semaines, deux semaines durant lesquelles elle était censée travailler sur un tournage. Il semblerait qu'elle n'a pas pu tourner à cause de ça. Elle aurait attendu mardi dernier pour prévenir la MJC par e-mail. Elle a écrit au directeur, qui était absent ce jour-là et n'a donc pas reçu le message à temps pour prévenir les élèves. Je crois me souvenir par ailleurs d'au moins un autre cours qui n'a pas eu lieu et n'a pas été remplacé (et je ne parle pas de la semaine suivant les vacances de printemps où elle a déjà été souffrante).
Ces deux dernières années cette MJC, pourtant bien réputée, a connu beaucoup de problèmes – des jeunes qui fichaient la zone, des animateurs très investis qui ont fini par aller voir ailleurs… – et j'ai aussi eu quelques échos pas très sympathiques quant à la façon dont les choses se passent là-bas.

Hélène a dit…

Une chaîne de petits événements malencontreux, chacun explicable (la monitrice qui ne prévient qu'à la dernière minute parce qu'elle espérait se remettre à temps et doit finalement se rendre à l'évidence…) qui aboutit à un beau gâchis. C'est la vie, il paraît.

Le respect à accorder aux bénévoles est chose bien aléatoire. J'ai connu quelqu'un qui disait, avec amertume, ce qu'on donne ne vaut rien. Ce qui ne l'a pas empêché, bien sûr, de considérer que ce que moi je lui avais donné, n'ayant aucune valeur, pouvait être allègrement oublié.

Dorémi a dit…

Je pense qu'elle a simplement lâché l'affaire au bout d'un moment mais j'aurais aimé en savoir un peu plus, parce que je sais que les filles ont bien aimé fréquenter son cours.
Quant à la deuxième partie de ton commentaire : une histoire de paille et de poutre ?