samedi 16 mars 2013

La Ballade de Lila K, Blandine Le Callet

«On passe sa vie à construire des barrières au-delà desquelles on s'interdit d'aller : derrière, il y a tous les monstres que l'on s'est créés. On les croit terribles, invincibles, mais ce n'est pas vrai. Dès qu'on trouve le courage de les affronter, ils se révèlent bien plus faibles qu'on ne l'imaginait. Ils perdent consistance, s'évaporent peu à peu. Au point qu'on se demande, pour finir, s'ils existaient vraiment.» p. 262
***
Ce roman-là n'est pas une nouveauté, il est paru en 2010. Je crois bien n'avoir rien lu d'aussi fort depuis longtemps – j'ai juste été un peu déconcertée par la fin. Je l'ai littéralement dévoré et ne l'ai posé qu'avec regret à chaque fois. Le style est fluide, c'est bien écrit et, chose notable, bien corrigé.
L'histoire se déroule au début du prochain siècle, autant dire demain, et file tout de même quelques frissons dans le dos. Je me demande si on trouvera encore à le lire au vingt-deuxième siècle et quel regard nos petits-enfants porteront dessus, surtout si l'on songe que le 1984 que nous avons connu ne ressemblait pas exactement à celui imaginé par George Orwell (et qu'il faudrait que je relise, à vrai dire) mais que, tout de même, Big Brother is déjà pas mal watching us

La quatrième de couverture 
La Ballade de Lila K, c’est d’abord une voix : celle d’une jeune femme sensible et caustique, fragile et volontaire, qui raconte son histoire depuis le jour où des hommes en noir l’ont brutalement arrachée à sa mère, et conduite dans un Centre, mi-pensionnat mi-prison, où on l’a prise en charge.
Surdouée, asociale, polytraumatisée, Lila a tout oublié de sa vie antérieure. Elle n’a qu’une obsession : retrouver sa mère, et sa mémoire perdue. Commence alors pour elle un chaotique apprentissage, au sein d’un univers étrangement décalé, où la sécurité semble désormais totalement assurée, mais où les livres n’ont plus droit de cité.
Au cours d’une enquête qui la mènera en marge de la légalité, Lila découvrira peu à peu son passé, et apprendra enfin ce qu’est devenue sa mère. Sa trajectoire croisera celle de nombreux personnages, parmi lesquels un maître érudit et provocateur, un éducateur aussi conventionnel que dévoué, une violoncelliste neurasthénique en mal d’enfant, une concierge vipérine, un jeune homme défiguré, un mystérieux bibliophile, un chat multicolore...
Roman d’initiation où le suspense se mêle à une troublante histoire d’amour, La Ballade de Lila K est aussi un livre qui s’interroge sur les évolutions et possibles dérives de notre société.

La Ballade de Lila K
Blandine Le Callet
Stock ou Le Livre de poche


Comme d'hab, d'autres extraits et avis chez Babelio… 

4 commentaires:

zazimuth a dit…

Tu me tentes énormément ; je me le note !! Merci

zazimuth a dit…

Tu es inscrite sur Babelio ? Je ne me souviens plus...

Dorémi a dit…

Non, je ne suis pa inscrite sur Babelio, mais je devrais peut-être…

Roger Gauthier a dit…

Tu donnes très certainement envie de le lire. Pas de doute. Si je trouve une seconde, et si je trouve le livre, ce qui n'a rien d'évident !

À la prochaine :-)