vendredi 21 juin 2013

Fauteuil nomade

Ma mère avait dégoté l'armature de ce fauteuil au coin des bonnes affaires du géant du kit il y a une vingtaine d'années – je vivais depuis peu dans l'ancien quartier. Ce modèle est devenu depuis un classique de l'enseigne mais il était je crois encore assez récent à l'époque, et plutôt cher – elle avait  sauté sur l'occasion. Je me souviens qu'avec l'aide de mon plus jeune frère nous l'avions remporté chez elle à pied et par le bus, en même temps qu'un petit buffet  pour mon appart et d'autres «menues» babioles (on était effectivement au mieux inconscients, au pire un peu barrés, on n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans, et si j'y repense nous avons transporté un nombre impressionnant de choses plus ou moins volumineuses de cette façon, faute de voiture).


L'armature était à l'origine laquée de noir, maman l'a poncée ; elle a néanmoins gardé une teinte bleutée. Le coussin a été acquis ensuite.
Lorsque la douce s'est annoncée ma sœur, qui l'avait entre-temps embarqué en emménageant dans son propre appartement, a décrété que je n'avais pas de siège suffisamment confortable et est arrivée avec (pas la peine de tenter d'argumenter) !
J'ai toujours peiné à déhousser le coussin mais qui dit housse écrue dit lavages fréquents. J'ai  longtemps triché en le recouvrant de tissus divers et variés, qui se bouchonnaient après chaque utilisation, jusqu'à ce que, lors d'une virée chez le même géant avec sa grand-mère il y a quelques années, la Demoiselle, qui aime les couleurs vives, choisisse un coupon de cette toile.


Maman avait transformé ce coupon en une housse basique, le pliant simplement en deux avant de le coudre. Si le motif ne me déplaisait pas je l'aimais moyennement dans mon séjour de l'époque mais la grand-mère et sa petite-fille étaient si ravies du résultat de leur complicité que j'ai fini par m'y habituer… Cependant la nouvelle housse restait un peu trop étroite – donc toujours difficile à remettre – et n'était pas tout à fait assez longue pour former un joli rabat.
Je l'ai décousue un soir avant de la couper en deux. J'ai ajouté une bande de cotonnade blanche de dix centimètres de large à l'un des rectangles ainsi obtenus, à gauche et à droite, avec des coutures anglaises, avant de l'assembler au deuxième rectangle, puis une troisième de ces bandes à l'une des extrémités pour éviter des plis disgracieux. Le résultat me satisfaisait déjà plus mais je ne voyais toujours pas comment fermer la housse proprement. Je craignais que le tissu se déchire en optant pour des boutons. Quant à poser une fermeture Eclair à la machine, je n'ai toujours pas sauté le pas et je crois que le résultat n'aurait pas été fameux, sauf à imaginer un truc complexe pour la placer sous l'assise ou au dos afin qu'elle ne soit pas visible.


J'ai dans un premier temps rentré le surplus de toile à l'intérieur de la housse, sous l'assise, mais je n'étais pas encore contente du résultat : le pliage bâillait de manière pas très esthétique et se défaisait dès que l'on s'installait dans le fauteuil.
J'ai finalement houssé le coussin dans l'autre sens et ai à nouveau caché le surplus de toile à l'intérieur dans une espèce de pliage en portefeuille.


Je ne savais pas trop dans quoi je m'engageais en commençant cet ouvrage mais le rendu correspond maintenant à ce que je voulais, et le tout tient bien en place !


11 commentaires:

Isabelle Gallard a dit…

Me demande encore comment vous avez pu transporter tout ça... Je ne pensais d'ailleurs pas qu'on pouvait entrer dans un bus avec des objets encombrants.
Quant à ton fauteuil, très gai et coloré !

Dorémi a dit…

Le buffet était démonté, donc dans un carton plat. Comme il était de petite taille il n'était pas très volumineux mais lourd, ça oui… Concernant le fauteuil, comme il s'agissait juste de l'armature je suppose que c'est ce qui lui a permis de passer dans le bus, qui de toute façon était quasi vide… On est bien d'accord qu'il ne s'agit pas de mobilier de style mais il est confortable… Le reste tenait dans des cabas :-)

Hélène a dit…

Du très beau travail, vraiment. J'ai déjà dit que je suis admirative ?

zazimuth a dit…

Bravo pour ta persévérance !

Coline a dit…

C'est tres réussi je trouve.
Sinon, ces fauteuils, ils sont finis au velcro en général.
J'en ai un qui ne part pas au bon coin, je vais tenter le rehoussage je crois. Merci pour l'idée.

Coline a dit…

Moi je me souviens d'une armoire dans la 2cv, les paquets dépassaient de la capote ouverte...

Dorémi a dit…

Il y a effectivement un Velcro au dos de ces coussins mais ça ne gêne pas…
Les déménagements en 2CV (Charleston), ça me dit aussi quelque chose :-)

Tamara a dit…

le mec avec qui je vivais avant mon mari avait le même, mais je le trouvais super inconfortable (le fauteuil...).
Maintenant j'ai la version enfant, trouvée je ne sais plus où, il est pile-poil à la taille du chat.J'ai tenté de passer la housse au Dylon pour la reteindre (elle est bleue) mais résultat mitigé.

Dorémi a dit…

Pour m'y sentir bien je dois me caler un coussin derrière les reins. Sinon, je crois que ce modèle s'incline plus ou moins selon les années de fabrication : ma mère en avait acquis un autre par la suite, qui partait vraiment en arrière une fois qu'on s'y était installé et, personnellement, j'évitais de m'y mettre car je peinais à m'en relever…

marjolaine a dit…

J'ai le même (évidemment, qui ne l'a pas !) et même si ça semble un peu épique, tu me donne envie de remplacer cette housse beige cracra qui a un peu rétréci au lavage et qui ne ferme plus ! Merci !

Dorémi a dit…

Rassure-toi, c'est assez simple et j'irai beaucoup plus rapidement une prochaine fois, maintenant que j'ai mis ma vague idée en pratique.