samedi 3 mars 2012

Dans la poche

J'ai trouvé ce manteau en velours tout doux sur eBay pour ma Demoiselle l'automne dernier.


Une fois le vêtement récupéré je me suis rendu compte qu'il n'avait pas de poches. J'avais pensé à demander de quelle matière était faite la doublure (la dame m'avait répondu «du coton» sans plus spécifier) mais il ne me serait jamais venu à l'idée que l'on puisse concevoir un manteau (pour enfant, de surcroît) sans poches.


Après cogitation intense j'ai décousu une petite vingtaine de centimètres de chaque côté pour en insérer une à l'aide d'un gabarit comme ici (merci PapelHilo, c'est toi qui m'as mise sur la piste), avant de bloquer chaque extrémité des fentes à l'aide de quelques solides points de couture.


Comme la doublure est en voile (!) de coton et que l'intérieur du molleton est blanc, j'ai doublé les poches de… blanc. Les coutures des poches elles-mêmes se trouvent entre les deux épaisseurs de tissu, pour une finition plus soignée.



J'ai cousu le tout à la main, au point de feston dans un premier temps, avant de rabattre le surjet à l'aide d'une espèce de point de tige et de le masquer à petits points espacés avec du gros-grain.

Un gros-grain moins large aurait aussi convenu.

Ça devrait tenir : quatre différentes coutures traversent à chaque fois toutes les épaisseurs de tissu hormis l'extérieur du manteau pour une jolie finition. Un des boutons d'origine était manquant. Je l'avais remplacé par un bouton ancien dans le genre bijou, mais un autre s'est cassé peu de temps après. Dommage, ils étaient jolis, un peu patinés pour ne pas trop briller, avec un motif de soleil.


Il n'y a pas de mercerie dans mon coin, et de toute façon je trouve rarement des boutons qui me plaisent dans les merceries classiques. Je suis donc allée à la Droguerie, rue du Jour, pour en chercher d'autres. Le temps d'attente est interminable (je me souviens d'une époque où en y allant le matin on était rapidement servi mais cette époque est apparemment révolue), les vendeurs parfois stressés et donc pas toujours de bonne humeur, et les prix pas toujours doux mais le choix est incomparable ! Choisir c'est renoncer, j'en ai donc, pour contourner le problème, comme à mon habitude, pris autant que de boutonnières à garnir, et un supplémentaire pour le cas où…


Aucune de mes photos ne rend justice à ce joli manteau au motif floral violet…


Et voilà le travail !

Je n'étais pas sûre d'y arriver, du coup je suis plutôt contente (et mes doigts crevassés encore plus !)… Elle pourra le porter avec ça :

Toujours selon le modèle d'Aquarêve, tricoté cette fois-ci aux aiguilles 3,5 et 4.
Fil BB mérinos de Fonty.

4 commentaires:

Hélène a dit…

Depuis que je te lis, je découvre que tu as des doigts de fée… et pas seulement sur le clavier d’ordinateur. La Demoiselle a de la chance. Très très joli travail. Dommage que tu sois si loin (!), je te demanderais ton aide pour agrandir de juste quelques poils la poche de mon manteau d'hiver pour y glisser mon iPad. Il s'en faut de si peu… mais la poche est zippée.

Dorémi a dit…

Tu me fais encore rougir, mais tu devrais aussi aller te promener du côté des copines qui commentent ici…

Lysalys a dit…

Etrange idée en effet qu'un manteau sans poches lorsqu'on est enfant (ou même femme ;)) et collectionneuse de trésors (tout objet indispensable n'est-il pas un trésor ? ;)).
Bravo pour la transformation !

Dorémi a dit…

Ah oui, et la mienne se pose pas mal là, comme collectionneuse de trésors (je pourrais presque la qualifier de collectionneuse de collections:-).
Merci du compliment et de ta visite…